Bandeau 28RT

HISTORIQUE

L´historique du 28e régiment de Transmissions

Régiment de haute tradition des transmissions, "l´arme qui unit les armes", le 28e RT s´inscrit dans l´histoire de l´armée française depuis les sapeurs télégraphistes du 28e Bataillon de génie créé en avril 1914.

À la fin de la guerre, le bataillon est titulaire de 12 citations à l´ordre de l´armée, 3 à l´ordre du corps d´armée, 4 à l´ordre de la division. Dépôt du génie n° 28 au début de la Deuxième Guerre mondiale, il participe à la mise sur pied des unités affectées pour l´essentiel à la 28e Division d´Infanterie Alpine.

les sapeurs-télégraphistes

Le 1er juin 1942, la subdivision des "Sapeurs télégraphistes de l´arme du Génie" devient l´arme des transmissions.

Le 1er novembre 1945, le 28erégiment des Transmissions est créé à Toulouse et relève les traditions des 28e BG et 28e RG. Renouant avec son passé, il s´installe à Montpellier en 1946. Au cours de la période contemporaine, le "28" subit de nombreuses restructurations, des changements d´appellation et de garnisons sur le littoral méditerranéen. Il est dissout à plusieurs reprises et recréé aussi souvent en conservant le numéro 28!

évolution de l´insigne

La première de ces dissolutions intervient le 31 mars 1951. Paradoxalement en confiant le drapeau du régiment au 821e Bataillon de transmissions basé à Saïgon et au 822e Bataillon de transmissions de Hanoï, elle ouvre une nouvelle page de gloire en l´enrichissant de l´inscription "Indochine 1953 - 1956". Recrée à Nice le 1er juillet 1956, puis à nouveau dissous en 1969, le 28e Régiment de transmissions réapparaît à Orléans le 1er juillet 1979. Il est alors régiment de transmissions du 3e corps d´armée avant de devenir le régiment des Transmissions de la Force d´Action Rapide (FAR) en juillet 1984.

insigne de la FAR

Avec cette grande unité, il participe à toutes les missions de la France à l´extérieur des frontières. On retrouve les transmetteurs du "28" sous toutes les latitudes : FINUL au Liban, MANTA et EPERVIER au Tchad, DAGUET au Moyen-Orient où la 6e compagnie obtient une citation à l´ordre du corps d´armée, APRONUC au Cambodge, ORYX en Somalie, TRURQUOISE au Rwanda, FFR, IFOR et SFOR en Bosnie, ALBA puis AFOR en Albanie, KFOR au Kosovo, PAMIR en Afghanistan, LICORNE en Côte d´Ivoire, ARTEMIS au Congo, CARBET en Haïti...

En octobre 2004, les transmetteurs du 28erégiment de Transmissions sont revenus du Kosovo avec le NCS 3 où près de 250 personnel ont œuvré avec une remarquable efficacité à une difficile mission de maintien de la paix.

Le 31 décembre 2008, la CAS (Compagnie de Commandement et des Services) est dissoute. Le 1er juin 2009, la 7e compagnie est crée avec des personnels du régiment et en majeure partie avec des personnels venant du 41e RT de Senlis qui est dissous. Le 1er septembre 2009, les 6e et 8e compagnies sont rattachées à la DIRISI de Lyon. Le régiment compte alors 8 compagnies.

Depuis la dissolution de la FAR en 1998, le 28e RT à quitté Orléans et s´est installé à Issoire au cœur de l´Auvergne. Au sein de la Brigade de transmission et d´appui au commandement (BTAC), il est dotés des moyens technologiques les plus performants, les hommes et les femmes qui le composent mettent en œuvre des systèmes d´information et de communications du XXIe siècle permettant aux commandeurs français, sur tous les théâtres d´opérations, de diriger les coalitions multinationales qui s´édifient au service de la paix dans le monde.

insigne de la BTAC
haut de page
Accessibilité | Plan du site | Liens
Copyright Ministère de la Défense 2010 / Mentions Légales